In memoriam Père Bertrand

Père Bertrand
 

Voici un florilège de pensées écrites par Père Bertrand.
Ces textes paraîtront dans le site le lundi et jeudi.


Vous pouvez déposer dans le livre d'or votre témoignage, si vous avez connu de quelque manière Père Bertrand.

 

EUCHARISTIE

Dans la liturgie eucharistique le moine, chaque jour,  s’insère plus réellement  et plus profondément avec les anges et avec tous les hommes  de tous les lieux et de tous les temps, dans la liturgie sans commencement ni achèvement où le Christ, dans Son Esprit, se reçoit du Père et s’offre à Lui, avec toute la Création

                                                                                 

Au cours de l’Eucharistie le moine s’offre avec le Pain et le Vin pour être transfiguré par eux, avec eux, et en eux : il sait bien que cela veut dire qu’il sera consommé comme eux.

                                                                                                                                       

l’Eucharistie est pour Dieu le sommet de la Création

l’Eucharistie est pour le moine le sommet de sa vie

il va de sommet en sommet jusqu’à des sommets qui jamais n’auront de fin

                                                                                                                    

Pour consommer l’Eucharistie quotidienne et le pain partagé, le moine se désaisit de sa volonté propre et demande à Dieu que Sa volonté à Lui soit faite  en sa personne. Il imite ainsi le Seigneur dont saint Jean nous montre qu’Il a lavé les pieds de ses disciples  au cours de la dernière Cène, et dont saint Paul nous dit qu’Il « s’est fait obéissant jusqu’à la mort et la mort de la Croix »

Ainsi le moine se soumet à son abbé en toute obéissance pour l’amour du Christ dont il tient la place ; le moine obéit à ses frères, il les sert, il les prévient  d’égards sans cesse en gardant la patience....

Et le moine offre sa personne à ses frères en hostie vivante, sainte et agréable à Dieu : c’est là le culte spirituel qu’il lui revient de rendre tout au long de son existence  - et tel est son appel et sa place dans l’Église

Le sacrement est alors signifié et se prolonge en témoignage eucharistique.

(à suivre)

Vous pouvez déposer dans le livre d'or votre témoignage, si vous avez connu de quelque manière Père Bertrand.

 

par tout son comportement le moine actualise le signe du Pain rompu dans l’Eucharistie : pendant le service de Dieu, au monastère, au jardin, sur la route, où qu’il soit, assis ou debout ...

                                                                                                        

le moine est Pain rompu pour ses frères par son vouloir propre transmué et partagé, où il est divinisé, uni au Christ, pour la rédemption du monde – par sa personne offerte, dans l’obéissance qu’il leur voue à tous, sans distinction, indifféremment, par son temps morcelé, par son service multiple qui le fragmente  tout au long des heures  de sa vie – où il est consommé

 

le moine vit si intimement uni au Christ dans son Eucharistie, puisqu’il n’est plus qu’un avec Lui, qu’on peut,  dans un autre ordre, comparer cette union à celle du Père et du fils. Avec le Fils il vit  dans la Lumière qui le fait Dieu

                                             

tous les jours le moine se demande à quoi bon l’Eucharistie quotidienne s’il ne  décide de s’immerger dans l’Amour. Car alors il rendrait vain le sacrifice du Christ à qui il affirme pourtant se vouer. Reniement ? tiédeur ? hypocrisie ?

le moine sait que l’Eucharistie est la plus haute action de l’homme parce qu’elle est l’Acte de Dieu même qui réalise ainsi Son projet de Création dans la matière ainsi transmuée – le moine sait que dans l’Eucharistie Dieu le divinise et qu’Il l’unit  à Son Acte Créateur, pour compléter, achever, en commençant par son propre coeur, l’œuvre de Création entreprise au premier jour – et son acte de Rédemption

                                              

par l’Eucharistie Dieu s’efface dans l’homme pour lui laisser toute sa place  d’acteur de la Création ; de même le moine s’efface auprès de ses frères  pour leur donner toute leur place dans la construction de leur communauté et de Église – là est la source des degrés de cette humilité éclose en lui en mémoire de Dieu

(à suivre)

Pere bertrand 2

 

Vous pouvez déposer dans le livre d'or votre témoignage, si vous avez connu de quelque manière Père Bertrand.
 

le Christ n’est pas contenu par l’univers – ni par le monde :  c’est l’univers – et le monde -  qui est contenu par le Christ et soutenu par Lui. « Eucharistier », c’est vivre hors du temps et hors du monde

le moine qui est dans le monde n’est pas non pus de ce monde : il est toujours, par l’Eucharistie, arraché à ce monde où il vit et il le contient en son coeur de pécheur et il l’offre au Père, uni au Fils – dans l’Eucharistie

                                                                      

l’Eucharistie n’est pas un simple « moment »  de la vie quotidienne du moine

le moine vit en « état d’Eucharistie » à partir du rendez-vous quotidienne, et Dieu se fait Vie en toute sa vie à partir de la rencontre quotidienne


le Christ, ingéré par l’homme  n’y meurt pas – le pain est détruit, mais le Christ  est ressuscité dans le coeur de l’homme : le coeur du moine qui Le reçoit est le lieu quotidien où naît chaque jour l’Église des ressuscités avec le Christ par Son Esprit

ainsi l’Église est le lieu du moine  parce qu’elle est le lieu de l’Église – et c’est par l’Eucharistie quotidienne qu’il donne en lui vie à l’Église

                                              

le moine, consommé par le service de ses frères ne peut pas mourir parce qu’il est assimilé au Christ ressuscité – même s’il semble que certaines de ses possibilités  demeurent inemployées = sa valeur réelle est déployée à l’infini au service immédiat de ses frères, membres du Corps Mystique du Christ                                                                

le moine sait que le temps est absurde sans l’éternité – il sait que le présent est absurde sans l’Eucharistie où il reçoit la Vie

                                                                       

dans l’Eucharistie le moine se trouve au point de jonction immédiat de la Parole qui crée et de l’objet de la Création – entre le geste  et l’Acte de Dieu   : « Il dit et cela est ».

                                                                     

dans l’Eucharistie, où il est à sa place propre, le moine est inséré  dans l’acte même où Dieu se donne à Lui-même, car Dieu n’a rien d’autre à se donner à Lui-même que Lui-même et Il ne peut se donner Lui-même qu’à Lui-même

et l’Eucharistie est l’Acte où, en Dieu, le moine, uni au Fils dans la communion au Pain et au Vin s’offre lui-même :  car que peut-il présenter à Dieu si ce n’est ce que Dieu lui donne ?

mais pour s’unir au Christ et s’offrir au Père, le moine doit auparavant offrir le Fils, qui les assume, tous les péchés qui le séparent de Dieu

                                                                     

le fait  que le pain et le vin choisis soient par Dieu pour être don de l’homme à Dieu, fait d’eux le don de Dieu à Dieu par l’intermédiaire de l’homme

le fait que le moine soit choisi par Dieu pour se faire don  à Lui-même,  fait de lui le don de Dieu à Lui-même                                                                       

 

(à suivre)

 

 

L'Eucharistie : suite et fin 

 

la messe terminée, le moine, uni au Christ,  regarde tous ses frères avec, dans ses yeux, le regard même de Dieu - avec l’amour même de Dieu en qui il demeure désormais. Là, dans la paix du Christ instaurée et dans l’action de grâces perpétuée se  construit la communauté de ses frères

quand nous recevons le pain et le vin nous recevons en même temps, dans le même acte, Celui qui nous les donne - l’Amour donateur du Christ est si puissant, si réel, qu’Il se livre dans ces choses qu’Il nous donne

                                                             

quand le moine se donne à ses frères, l’Amour donateur de l’Esprit Saint est si puissant qu’en cet homme c’est le Christ qui se donne Lui-même

                                                                     

dans l’Eucharistie, le Christ se remet entre les mains des hommes  et se confie à eux pour être encore une fois, par eux, offert à Son Père

                       

le moine  se remet à ses frères et se confie à eux pour être, lui aussi, par eux offert à son Père et leur Père – avec le Christ

rien dans le moine n’est proportionné à Dieu de façon adéquate    

rien de lui-même ne peut rendre hommage au Père ni L’adorer en vérité

Dieu pourtant reçoit du coeur du moine qui Lui est consacré la louange éternelle qui Lui est due et le lieu d’où jaillit cette louange parfaite est l’Eucharistie

l’Eucharistie élève le moine au niveau de Dieu

                                                                       

la seule Eucharistie est celle du Christ – uni au Christ le moine est Eucharistie

                                                                                                                                             

quand le moine prend le pain, il s’engage aussi à prendre les sentiments du Christ – il s’engage à épouser les projets du Christ et les décisions du Père dans leurs dernières conséquences

en vérité quand le moine absorbe le Corps  et le Sang du Christ, il ne s’appartient plus :  il est au Père, avec le Christ, intimement lié à Lui – ils sont un seul Corps

le moine en accepte  les conséquences chaque jour – c’est dans la crainte qu’il prend le pain et le vin – et dans la confiance

                                                                       

au cours de l’Eucharistie le moine pressent son néant quand il en arrive à prononcer, à la place du Christ « Ceci est Mon Corps – Ceci est mon Sang »

il se ressent démuni devant le dépouillement  et cette dépossession de Dieu qui l’institue et s’en remet à lui pour qu’il dise avec autorité ce possessif : « Mon »

                                                                      

l’Eucharistie est un acte qui insère l’homme dans le perpétuel aujourd’hui de Dieu, prégnant du passé, bien sûr,  mais qui s’étend au futur, à tous les lieux, à tous les temps, à tous les événements de l’histoire de l’homme et les assume et les sanctifie de Son éternelle Présence

l’Eucharistie est un acte présent, prégnant d’éternité ; elle englobe donc l’ensemble de la Création et de l’histoire

                                                                       

C’est dans l’Eucharistie que la communauté des moines devient chaque jour ce qu’elle est :  une communion - et c’est dans cette communion dans l’Eucharistie, qui est première, que la communauté des moines devient ce qu’elle est : une Église

                                                                     

l’Eucharistie est un rendez-vous donné par Dieu à l’homme où Il l’invite  et l’aide à devenir saint comme Lui est saint

le moine se rend chaque jour à l’Eucharistie parce qu’il croit qu’ainsi il achève en son corps ce qui manque aux souffrances du Christ remonté auprès du Père, et qu’il fait les choses aussi qu’Il fait ; et qu’il en fait même de plus grandes encore parce qu’Il est  retourné au Père

                                                                    

l’Eucharistie est un rendez-vous donné par Dieu à l’homme où Il l’invite et l‘aide à devenir saint comme Lui est Saint